MEDIA



image
Assote - 13/08/2021 - 0 Commentaire(s)

Les journalistes à l’école de la prévention des conflits et des inégalités basées sur le genre


Une session de formation à l’endroit des journalistes, sur la prévention des conflits, la culture de la paix et les fondamentaux de la cohésion sociale durable au Togo a été ouverte le 09 août à Lomé. Initiée par le ministère de la Communication et des Médias, en partenariat avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), la rencontre vise à renforcer les capacités professionnelles des participants.            

La première d’une série de formation, les cibles sont 15 jeunes journalistes par région à savoir, les Régions Maritime, Centrale et des Savanes.
           

Cette rencontre, permettra entre autres, de réfléchir sur la montée de l’extrémisme violent, du djihadisme, du terrorisme et de la dégradation de l’environnement.
           

Parlant de l’extrémisme violent ou du djihadisme, l’Afrique de l’ouest devient un champ expérimental avec l’implication remarquable de la jeunesse.
           

Cette session de formation qui va durer six (6) jours, répondra à certaines questions comme « comment prémunir la jeunesse togolaise contre ces fléaux ? », « Quels en sont les enjeux sur les plans social, politique et économique ?
           

« Les germes de la violence et des inégalités basées sur le genre n’épargnent aucun milieu, aucun cercle, aucun mode de vie », a expliqué le directeur de cabinet du ministère de la Communication et des Médias, Franck Missité.
           

Selon lui, parmi les grands défis à surmonter, se trouvent le terrorisme international et les violences communautaires. Quel doit être alors, dans ce contexte, le rôle du journaliste dans la prévention des conflits ?
           
Répondant à cette question, M. Missité a indiqué que l’un des éléments clés en est la production journalistique d’informations et d’analyses utiles, qui permettent de comprendre la complexité des cas, et ainsi, d’anticiper l’émergence des crises multiformes. « Par exemple, à travers la contextualisation des situations ou la visibilité des aspects qui permettent de prévenir efficacement toute surenchère, toute flambée de violence », a-t-il précisé.
           

Pour lui, cette logique de travail est l’essence du journalisme préventif et proactif face aux risques de conflits sociaux. Tout ceci est précédé d’une extrême vigilance face aux rumeurs et manipulations des nouvelles, dans la quête perpétuelle de professionnalisme et d’excellence à laquelle ils sont appelés en tant que journalistes.
           

Selon le représentant du PNUD, M. Aliou Mamadou Dia, les médias ne peuvent pas rester neutres dans cette quête des fondamentaux du vivre ensemble, car ils constituent le lien principal, la voie de communication entre les citoyens et leur gouvernement et entre les citoyens eux-mêmes.


Carole AGHEY

Lire aussi

0 Commentaire(s):

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.