ECONOMIE



image
Assote - 12/01/2023 - 0 Comment(s)

Affacturage, fraude et escroquerie à Djike Factor plus de 800 millions de francs CFA volés, Talibé SOKHNA porté disparu

L’affacturage, aussi appelé « Factoring », est aujourd’hui en forte progression. Cette pratique, qui consiste pour une entreprise à « vendre » ses factures à un tiers (le factor), répond aux besoins en fonds de roulement ainsi qu’à un impératif de stabilité face à une conjoncture économique incertaine. Pour autant, elle constitue aussi une nouvelle opportunité de fraude en entreprise. Et, c’est malheureusement, la marque de fabrique de Talibé SOKHNA, fondateur de Djike Factor, qui a grugé ses clients à travers les pays d’Afrique de l’ouest. Il bénéficiait d’une forte crédibilité sur le marché financier grâce au responsable du bureau régional de Afrexim Bank (Ismael Camara ) qui l’a également présenté à plusieurs personnes comme étant son Neveu. Aujourd’hui, le fondateur bien que traduit devant les tribunaux à Bamako, est jusqu’à nos jours, porté disparu. 

Talibé SOKHNA, pour ferrer ses clients pratique la fraude de l’affacturage qui a consisté à usurper d’identité. Cela démarre typiquement par une phase de repérage : les escrocs se renseignent alors sur votre entreprise, son organisation et ses clients. Ils procèdent ensuite au « spoofing », soit le fait d’acquérir des noms de domaine très proches de celui de votre entreprise afin d’en dérober leur identité. Se prétendant société d’affacturage, ils contactent vos clients en leur indiquant que votre entreprise a fait appel à un factor ; c’est donc celui-ci qui doit être payé et non pas le client. L’entreprise n’est donc jamais payée.

Pour ce faire, Talibé a démarché l’ensemble des personnes spoliées, pour faire vendre les actions de Djike Factor. Que ce soit au Mali, au Ghana, en Côte d’Ivoire et au Burkina Faso, la machine de fraude a été la même et se sont des centaines de millions de francs qui ont été frauduleusement soutirés aux honnêtes citoyens.

Pour mieux avancer dans l’escroquerie, Djiké Factor se définit comme une entreprise commerciale africaine permettant aux entreprises d’améliorer leurs relations commerciales et d’accélérer leur croissance économique. Et d’ajouter comme slogan : « Occupez-vous de votre activité, Djiké Factor se charge de vos factures », et le tour est joué. Nombreuses sont les entreprises qui ont signé ou collaboré avec l’entreprise se disant commerciale Djike Factor. Ce n’était que peine perdue, l’escroquerie était au bout du tunnel.

Certaines entreprises et agences de voyage ont naturellement noué de contact Djike Factor, car étant à la recherche de gros clients. Un contrat a été signé avec des modalités de payeuses factures. Mais Talibé a abusé des services de l’agence en ne payant pas les factures à bonne date. Acculé, il a transmis à l’agence des faux swifts, des sommes y figurant n’étant jamais parvenues.

Il a ouvert le capital de Djike factor au Mali et a utilisé pour son profit personnel le montant des souscriptions. Les actionnaires de Djiké Factor Mali ont investi à fond perdu. Talibé a aussi démarché plusieurs sociétés pour monter des dossiers de crédit. En fait les clients ont mis à sa disposition les deposits exigés mais les factures n’ont jamais été payées aux fournisseurs. Il a plutôt préféré détourner le capital de la société et les deposits des clients.

Pour exemple au Mali comme au Ghana, pour bien huiler sa machine de fraude et d’escroquerie, il s’est appuyé sur certaines personnes connues du milieu d’affaires, bien que ces dernières ne fussent pas économiquement clean dans les affaires.

Du coup, le montant du préjudice dans l’espace communautaire UEMOA est estimé à plus de 898 860 886 francs CFA. Au Burkina Faso, le montant du préjudice est estimé à 163 976 938 francs CFA, au Mali le montant grugé est 506 886 946 francs CFA. Les Sénégalais ont été un peu chanceux, puisqu’ils ont été escroqués pour un montant de 66 691 156 franc CFA. Les Ivoiriens ont largement mordu à l’hameçon et le montant du préjudice est estimé à 161 305 869 francs CFA, sans oublier les Ghanéens qui ont investi dans le vent de Djiké Factor 68 000 Dollars US. 

Et, le même stratagème a été déroulé partout où il est passé à commencer par le Sénégal. Il y a plusieurs plaintes de déposants contre lui notamment au niveau du tribunal de la commune 6 de Bamako. Il n’a pas encore comparu devant les magistrats en charge des différentes affaires parce qu’il n’est pas au Mali et personne ne sait exactement là où il se trouve. Un mandat d’arrêt international est la seule solution pour le retrouver, mais cela prend du temps. (JOB/2022)

 

 

Lire aussi

0 Commentaire(s):

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.