Newsletter

Une vingtaine de chauffeurs dans les mailles de la police de Sokodé pour avoir passé outre les mesures du bouclage des villes

Une vingtaine de chauffeurs dans les mailles de la police de Sokodé pour avoir passé outre les mesures du bouclage des villes
Publié le : 27/03/2020 commentaire(s) (0)

L’une  des courageuses mesures prise par l’Etat togolais pour prévenir la propagation de la pandémie du Coronavirus (COVID-19) au Togo est le bouclage de certaines villes à hauts risques de contamination. C’était à travers un communiqué du gouvernement du 20 mars 2020 que la décision du bouclage de la ville de Lomé, Tsévié, Kpalimé et Sokodé à partir de samedi 21mars 2020 à 6 heures avait été annoncée au public.  Ceci avec contrôle stricts aux entrées à  hauteur de Tsévié sur la route nationale N°1 ; du péage d’Aného sur la route nationale N°2 et d’Amoussou-copé sur la route nationale N°5. Malgré que ces décisions ne visent que la protection de la population, certains usagers de la route surtout les  conducteurs des véhicules de transport en commun contournent les barrières policières pour accéder à ces villes dont accès est interdit.             

Le cas révélateur s’est produit à Tchalo une localité située à l’entrée de la ville de Sokodé où un convoi de véhicules de transport en commun a été intercepté mardi 24 mars 2020 par la police
           

« Autour de 23 heures, ils ont forcé le barrage et foncé sur les agents de la police et de la gendarmerie. Dès que le compte rendu nous est parvenu, nous avons mis un dispositif sécuritaire au cœur de la ville et nous avons pu les intercepter. Ils sont une vingtaine de véhicules. La plupart de ces véhicules viennent de Lomé qui est également une ville bouclée ainsi que Tsévié en raison de la propagation du virus. Mais ils se sont entêtés pour contourner le confinement », a déclaré Akantoa BARARIME, Commissaire de Police DR/Secteur région Centrale.
           

« Les chauffeurs en particulier vont être soumis à la rigueur de la loi. Parmi les passagers, certains ont trouvé des moyens de partir en regagnant la ville, or c’est encore très dangereux. Normalement il était question de protéger les populations contre le COVID-19, c’est pour ça que le gouvernement a décidé de boucler certaines villes, dont Sokodé où on a enregistré un cas positif », a-t-il ajouté.
           

La même tentative a été observée au Sud au niveau de la ville de Tsévié.
           

Pour le Commissaire principal de Police, Frank COMBATE, les chauffeurs de ces véhicules arrivent à contourner les dispositifs sécuritaires avec la complicité de certains agents de la police.
           

« Dans sa riposte contre la pandémie du coronavirus, le gouvernement togolais a pris des mesures visant à limiter la propagation de cette maladie dans notre pays. Parmi ces mesures, le bouclage de certaines villes. Donc afin de veiller au respect de ces mesures, des dispositifs sécuritaires ont été mis en place, mais nous constatons que certains citoyens inciviques contournent les dispositifs mis en place en utilisant des sentiers pour rallier leurs destinations.

Le comble c’est que des conducteurs de véhicules vont jusqu’à proposer des sommes d’argent aux agents de sécurité pour les corrompre. Nous mettons vraiment en garde les personnes préposées dans les gares routières qui violent les mesures prises par le gouvernement en continuant par charger les bus en direction des zones bouclées.

Nous appelons également la population à faire preuve de civisme en respectant les mesures surtout en ne voyageant pas vers les villes bouclées sinon ils s’exposent à la rigueur de la loi », a-t-il indiqué. Le gouvernement fait sa part, les médecins aussi, que tout le monde fasse sa part.


Daniel A.

Commentaire(s) (0)

Envoyez un commentaire
noms email message