Newsletter

Une sortie de Me Ajavon Zeus qui confirme les antagonismes au sein de l’opposition

Une  sortie de Me Ajavon Zeus qui confirme les antagonismes au sein de l’opposition
Publié le : 25/08/2020 commentaire(s) (0)

Lors de sa dernière sortie, Me Ajavon Zeus n’a pas reconnu la victoire du candidat Agbéyomé Kodjo au scrutin présidentiel du 22 février 2020. Le Mouvement Patriotique pour la Démocratie et le Développement  (MPDD) qui n’entend pas les choses de cette oreille. Dans un communiqué, le bureau politique du parti fustige une hypocrisie et manipulation de cette icône de la société civile qu’il accuse d’avoir saboté l’alternance en 2013 en tenant secrètement un deal avec Faure Gnassingbé.            

Sur une radio de la place, Me Ajavon a déclaré qu’il lui est impossible de défendre la victoire du candidat de la  Dynamique Monseigneur Kpodzro  (DMK) au scrutin présidentiel du 22 février dernier.
           

« On me dit que quelqu’un a gagné, on me demande de venir défendre une supposée victoire. Jamais je ne le ferai, je ne suis pas les hommes » a-t-il eu à déclarer sur une radio de la place.
           

Pour ce qui est des résultats de l’élection présidentielle de 2020, le MPDD rappelle que Me Zeus Ajavon, à la tête des Forces du consensus démocratique, avait pourtant reconnu et défendu la victoire du peuple togolais à travers M. Kodjo. C’était par un communiqué de presse publié à cet effet.
           

Le parti d’Agbéyomé Kodjo exprime sa surprise par rapport à la nouvelle  posture de  Zeus Ajavon après avoir reconnu auprès de plusieurs personnes la large victoire de l’opposition notamment du candidat de la Dynamique  avec qui il a partagé la même vérité.
           

Pour le MPDD, « Mener, sous toutes les formes, le combat d’une vie pour la démocratie et les droits de l’homme et apparaître au soir de sa vie comme un allié de la dictature peut paraître comme une trahison de son idéal, ou comme un habile faussaire qui sous toute sa trajectoire de vie a abusé de la confiance du peuple souverain ».
           

Faisant allusion à l’affirmation de Me Ajavon Zeus sur cette radio selon laquelle c’est Agbéyomé Kodjo qui a fait s’effriter le CST, le communiqué du MPDD indique que ce dernier n’a jamais été convoqué par Me Zeus Ajavon en présence de Me Jil-Benoît Affangbédji pour lui reprocher d’être complice avec le pouvoir au point de le mettre au parfum des activités du CST.
           

Le communique poursuit en précisant qu’ « il y a une véritable méprise puisque Me Zeus Ajavon a lui-même révélé au Président du MPDD en présence de témoins, le nom d’un personnage qui de manière constante fit office de taupe au sein du CST et au-delà dans d’autres organisations citoyennes.
           

« L’aventure du CST aurait pu conduire dans le cadre de la géopolitique contextuelle à l’alternance ; elle a échoué en raison de son leadership défaillant qui a secrètement communié avec le régime, et de la mauvaise gestion de la crise postélectorale interne consécutive aux élections législatives de Juillet 2013 qui a discriminé les formations politiques qui la composent dans la répartition des sièges», révèle le parti ».
           

L’opposition togolaise a ceci de particulier, qu’au moindre souffle du vent elle se laisse en proie à des antagonismes qui trahissent le peu d’intérêt que ses leaders ont pour l’avenir des Togolais au nom desquels ils prétendent mener leur lutte. Ce spectacle de clochers en mal de sensations, renforce les populations dans la conviction qu’elles ont à faire aux aventuriers et aux assoiffés du pouvoir. Aujourd’hui suite à sa débâcle au scrutin présidentiel du 22 février, cette opposition s’enlise au creux de la vague. Le sulfureux Agbéyomé Kodjo qui ne finit pas de revendiquer une prétendue victoire à ce scrutin remporté par Faure Gnassingbé avec plus de 70% des suffrages, fait cavalier seul. Et pour cause, à ses propres compagnons de lutte, Agbéyomé Kodjo se révèle incapable de fournir les preuves de sa prétendue victoire.
           

Avec cette sortie de Me Ajavon Zeus que le parti d’Agbéyomé Kodjo essaie de couvrir d’opprobres, les antagonismes auxquels cette mouvance politique se trouve toujours en proie ne font que  s’approfondir.
            Au moment où cette opposition passe le plus clair de son temps à s’entredéchirer, les cadres du parti UNIR sillonnent les fermes et les hameaux les plus reculés du pays pour sensibiliser par rapport à la pandémie du coronavirus et distribuer des matériels de lavage de mains et surtout s’enquérir du vécu quotidien de ces compatriotes vivant éloignés de la capitale.

Cette politique de proximité permanente initiée par le parti au pouvoir a toujours été payante aux différentes consultations tenues dans le pays. Et à chaque occasion, les populations ne manquent pas de témoigner à travers leur vote, leur reconnaissance aux candidats du parti au pouvoir. Quant à l’opposition qui ne se frotte à ces compatriotes que le temps d’une campagne, elle ne finit pas de faire les frais de cette méprise inadmissible.
  D. Legrand

Commentaire(s) (0)

Envoyez un commentaire
noms email message