Newsletter

Un nouveau texte réglementant les manifestations sur le campus de Lomé vient de voir le jour : Desomais les dérapages ne seront plus tolérés

Un nouveau texte réglementant les manifestations sur le campus de Lomé vient de voir le jour : Desomais les dérapages ne seront plus tolérés
Publié le : 05/07/2019 commentaire(s) (0)

Il y a de cela plus de trois ans que les autorités de l’Université de Lomé (UL) ont amorcé la modernisation de ce temple du savoir à tous les niveaux. Après la mise sur pied de nouvelles infrastructures modernes en passant par la restructuration et la redynamisation du système académique et administratif, l’équipe que dirige le Professeur Dodzi Komla Kokoroko vient de doter l’UL d’un texte consensuel sur l’organisation des manifestations sur le campus universitaire. Cette décision vise à apaiser le campus de Lomé tout en lui préservant la liberté de manifestations à caractère revendicatif.            

Pour un campus apaisé qui veut préserver les valeurs du vivre ensemble au sein de la communauté universitaire et face au foisonnement, ces dernières années, de mouvements et associations professionnels dont les revendications corporatives ne sont pas toujours sans incidence néfaste sur le fonctionnement normal des activités à l’Université, l’équipe dirigeante actuelle sous la houlette du Professeur Dodzi Komla Kokoroko, a trouvé nécessaire de mettre sur pied une commission chargée de mener une réflexion sur la sécurisation des manifestations à caractère revendicatif sur le campus.
           

Il s’agit de la Commission sécurité des manifestations (COSEM) à l’Université de Lomé, composée d’enseignants-chercheurs, d’étudiants, de syndicalistes, de membres du personnel administratif de l’UL et de personnes ressources provenant de différentes catégories de la société togolaise, notamment un représentant de la cour suprême, un colonel de la gendarmerie nationale, un commissaire principal de la police nationale, des défenseurs des droits de l’homme, des hommes de médias. Elle avait pour missions : d’analyser les causes et les dysfonctionnements des manifestions à caractère revendicatif sur le campus ; de proposer une procédure décrivant clairement toutes les étapes pour l’autorisation ou le refus de manifester ; de structurer un manuel de conduites à tenir par chaque catégorie composant la communauté universitaire lors des manifestations non autorisées, violentes et l’intervention des forces de sécurité. Elle devait aussi identifier les termes mal compris du glossaire de la sécurité sur un campus et formuler des définitions claires à l’usage de toute la communauté.
           

Sur la base des recommandations issues de cette commission et dans une démarche participative, le Président de l’Université de Lomé, le Professeur Dodzi Komla Kokoroko, a pris et rendu public un arrêté portant organisation, gestion et sécurisation des réunions et manifestations à l’Université de Lomé. Ce texte consensuel auquel s’ajoutent d’autres chantiers réalisés au profit de la communauté universitaire de Lomé, s’inscrit dans le cadre des grandes réformes entreprises par l’équipe dirigeante de l’Université de Lomé durant ces trois dernières années.
           

Selon cet arrêté, l’encadrement d’une réunion ou d’une manifestation sur le campus universitaire de Lomé ne peut empêcher la possibilité d’intervention des forces de sécurité nationales à la demande du président. Tout dérapage ou acte répréhensible commis lors d’une réunion ou manifestation expose les organisateurs à des sanctions et ou à des mesures disciplinaires, sans préjudice des autres poursuites judiciaires qui peuvent être engagées.
 

Daniel A.

Commentaire(s) (0)

Envoyez un commentaire
noms email message