Newsletter

Transformation des déchets d’abattoirs en courant électrique Le marché d’Aného en expérimentation

Transformation des déchets d’abattoirs en courant électrique Le marché d’Aného en expérimentation
Publié le : 02/07/2021 commentaire(s) (0)

La gestion des déchets issus des abattoirs de la ville d’Aneho a enfin trouvé une solution pour le bien des populations sur le plan environnemental. Une solution de valorisation de ces déchets est en cours de développement. Le projet est piloté par Tcha-Tom, expert en déchets et environnement du laboratoire Gestion Traitement et Valorisation des Déchets (GTVD) de l’Université de Lomé et le Docteur Komi Edem Koledzi, spécialiste en environnement et gestion des déchets.                        

La pratique courante jusqu’alors est d’enterrer ces déchets dans des décharges ou éventuellement dans des centres techniques d’enfouissement. Mais cette option crée un nombre incalculable de sites contaminés pour les générations futures et doit être abandonnée.
           

Pour avancer dans ce projet, les deux experts togolais ont décidé de traiter les déchets organiques de ces abattoirs par digestion anaérobie (à l’abri de l’air) pour produire du biogaz et un résidu utilisable comme compost.
           

Sur un terrain insalubre de la Commune des Lacs 1 à Aného, les deux spécialistes en environnement ont indiqué qu’ils ont pu faire émerger en moins de 10 jours, quatre (4) biodigesteurs qui serviront à la production du biogaz. Ce dernier servira de source d’énergie pour l’éclairage du grand marché d’Aného.
           

Ainsi, en plus de rendre le marché propre, cette solution permettra à la population d’Aného de s’inscrire dans une démarche de réduction des gaz à effet de serre (GES) et de susciter l’engouement pour l’utilisation des énergies renouvelables.
           

La collecte et l’élimination des déchets dans les pays en développement sont devenues des problèmes que tous les acteurs locaux institutionnels, bénévoles ou scientifiques peinent à résoudre d’une manière permanente. Les tentatives de solutions proposées ou des solutions en cours d’exécution ne se limitent qu’à l’enfouissement ou au remblaiement des bas-fonds aux périphéries des villes alors que la population de ces villes ne cesse d’augmenter.
           

Le compostage permet de valoriser la fraction fermentescible des déchets ménagers et le retour au sol d’une matière organique stabilisée. Cette technique biologique constitue une voie de valorisation matière qui limite le recours au stockage et à l’incinération. Les procédés de compostage, dans leur diversité, ont comme finalité la production d’un compost de qualité même à partir de déchets ménagers hétérogènes.
           

Même si les derniers accords sur le changement climatique ont montré que les pays en développement contribuent peu au réchauffement climatique, ces pays peuvent contribuer à réduire l’évolution globale du réchauffement, ne serait-ce que par la réduction du biogaz produit par les déchets stockés, par le compostage de la fraction biodégradable qui constitue la fraction la plus importante de leurs déchets.
 

Ampiaba A.

Commentaire(s) (0)

Envoyez un commentaire
noms email message