Newsletter

Tikpi Atchadam hostile au scrutin présidentiel de 2020: « Le PNP en perdition » dixit Bawara Gilbert

Tikpi Atchadam hostile au scrutin présidentiel de 2020: « Le PNP en perdition » dixit Bawara Gilbert
Publié le : 11/10/2019 commentaire(s) (0)

Le premier objectif d’un parti politique demeure la conquête du pouvoir par les urnes. Et les acteurs des mouvements du 5 octobre 1990  avaient comme première revendication la liberté politique. Et depuis, les Togolais ont acquis cette liberté politique et d’expression avec pour conséquence la création des partis politiques, la floraison de plusieurs titres de journaux et l’organisation des élections pour permettre au peuple de choisir en toute liberté son dirigeant. Si les premières élections sont entachées de fraudes, de jour en jour le processus électoral se déroule dans la transparence sous le regard des observateurs nationaux et internationaux.

Après les élections chaotiques de 2005, le Togo a renoué avec les élections transparentes avec la participation des grands partis politiques qui mobilisent leurs militants dans une bonne ambiance et sans violence. Mais malheureusement depuis sa création, le Parti National Panafricain PNP n’a jamais pris part à une élection. S’il est vrai qu’à sa création le PNP était méconnu sur la scène politique, ce parti s’est fait remarquer négativement dans les esprits des Togolais après sa marche violente du 19 août 2017 qui s’est soldée par des morts et des blessés et la destruction de biens publics et privés. A la veille d’un scrutin majeur qui doit se tenir au premier trimestre 2020, les partis politiques s’organisent et affûtent leurs armes pour participer à ce scrutin.

Des candidatures sont déjà annoncées par certains partis d’autres s’apprêtent à le faire dans les prochains jours. Au lieu de se lancer dans cette fièvre électorale comme un parti normale, le président du PNP navigue à contre courent et appelle à empêcher un candidat de prendre part à cette messe électorale. Tikpi Atchadam appelle ses militants à empêcher par tous les moyens y compris par la violence la participation de Faure Gnassingbé à l’élection présidentielle de 2020.

Le comble c’est lorsqu’il accuse l’opposition de participer à ce scrutin. « Il s’agit donc de lutte et non de pouvoir. Il n’est donc pas question d’élection, mais de lutte. Par conséquent, le peuple en lutte est demandeur de stratégie de lutte et non-demandeur de stratégie électorale», a-t-il déclaré dans son audio. L’on se demande de quelle lutte parle le président du PNP. S’il s’agit de la lutte pour le pouvoir il lui suffit de déposer son dossier ou de soutenir le candidat de son choix et espérer une victoire.

C’est justement pour cette lutte pour accéder au  pouvoir par les urnes que le gouvernement s’apprête à organiser à travers la CENI  le prochain scrutin qui aura lieu dans moins de six mois. Si sa lutte porte sur le départ du président Faure Gnassingbé, il a l’opportunité de prendre une part active à la prochaine élection de 2020 et réussir son pari. Si c’est une lutte insurrectionnelle, il a raté son coup le 19 août 2017 et les Togolais ne sont plus prêts à le suivre dans ses errements.

Après avoir échoué dans son insurrection, Tikpi Salifou Atchadam ferait mieux de recourir aux urnes pour « chasser » le président Faure Gnassingbé du pouvoir. Au demeurant les Togolais qui ont suivi son message pensent qu’il souffre de l’amnésie.
Le ministre Bawara internant sur la chaîne de télévision NWTV estime que le  président du PNP « se trouve dans une aventure solitaire et est tout simplement en perdition ». Evidemment l’homme se retrouve seul dans sa stratégie de prendre le pouvoir par l’insurrection.

Pour l’heure la candidature de Faure Gnassingbé ne souffre d’aucun empêchement puisque la loi fondamentale lui donne la latitude de se présenter à ce scrutin ouvert à tous les Togolais qui remplissent les conditions prévues par le code électoral.
Visiblement le président du PNP en exil volontaire, prêche dans le désert et aucun Togolais sérieux ne peut le suivre. Même la plupart de ses militants  ont ignoré ce message audio partagé sur les réseaux sociaux.

Tikpi Atchadam doit se détoxiquer du virus insurrectionnel qui le ronge pour faire de la politique comme un bon démocrate c’est-à-dire rechercher le pouvoir dans les urnes et non dans l’insurrection.
 

Aliziou Dominique

Commentaire(s) (0)

Envoyez un commentaire
noms email message