Newsletter

Séjour du chef de l’Etat à Londres : Echanges fructueux entre Faure Gnassingbé et les officiels britanniques

Séjour du chef de l’Etat à Londres : Echanges  fructueux entre Faure Gnassingbé et les officiels britanniques
Publié le : 14/06/2019 commentaire(s) (0)

Le séjour londonien du chef de l’Etat qui s’inscrit dans le cadre de la promotion du Plan National pour le Développement (PND) n’a pas été de tout repos. Faure Gnassingbé a rencontré nombre de personnalités du monde diplomatique et politique en vue, entre autres du renforcement des liens de coopération politique et diplomatique entre le Togo et le Royaume Uni. Des questions économiques et sécuritaires ont également été au menu des entretiens du Président de la République togolaise avec ses hôtes. Le point des activités de Faure Gnassingbé au cours de son séjour du 04 au 07 juin 2019 à Londres.

Selon une note de presse rendue publique le 07 juin 2019, Faure Gnassingbé a démarré ses activités le mardi 04 avril 2019, par une rencontre avec Mme Harriet Baldwin, ministre britannique pour l’Afrique et le Développement international. Les échanges entre les deux personnalités ont porté sur le renforcement des relations commerciales entre le Royaume Uni et le Togo.

Par la suite, le président togolais a conféré avec un groupe de parlementaires et d’hommes d’affaires et des représentants du secteur privé britannique ayant marqué leur vif intérêt d’investir dans le cadre du PND. Le député du Parlement de Romfort et porte-parole du groupe des députés et hommes d’affaires, Andrew Rosindell, s’est d’ailleurs félicité, à la fin de la rencontre, de la qualité des échanges. Il a apprécié à leur juste valeur, les initiatives en cours en vue du renforcement des liens de coopération existant fort heureusement entre la Togo et son pays.

Pour lui, « Il s’agit d’une coopération véritable et cela ne se fait pas sans le secteur privé qui est tout de même, le cœur de nos activités, d’où la présence des représentants du secteur privé, à la réunion de ce matin ». M. Rosindell a affirmé que le Togo et le Royaume Uni ont davantage de relations de coopération à favoriser également entre les deux parlements. Sur la question de l’adhésion du Togo au Commonwealth, le député du Parlement de Romfort a été clair : « Quant à moi, le Togo devrait justement adhérer au Commonwealth », a-t-il déclaré. La note indique que le jeudi 06 juin, le président togolais a eu des discussions au ministère du Commonwealth, avec le Secrétaire Général de l’organisation, Patricia Scothland.

Le partenariat entre le Commonwealth et le Togo permettrait de diversifier les partenaires économiques de l’Etat en dehors de l’espace francophone, précise-t-elle. Le Commonwealth, est une organisation intergouvernementale regroupant majoritairement les anciennes colonies de l’Empire  britannique. Le vendredi, le Chef de l’Etat togolais a été reçu par le ministre de la Défense, Lancaster. Les discussions entre les deux hommes ont porté sur des questions relatives à la paix, la sécurité, la méridionalisation du terrorisme, du radicalisme et de l’extrémisme violent. Le renforcement de la coopération sécuritaire entre les deux pays n’a pas été passé sous silence.

Rappelons qu’au premier jour de son séjour à Londres, le Président de la République,  Faure Essozimna GNASSINGBE, a été convié par la prestigieuse Chatham House, à communiquer autour de  la situation sécuritaire en Afrique de l’ouest et le rôle du Togo. Sans détour, il a édifié son auditoire composé de nombreuses personnalités du monde diplomatique, des affaires et de la société, ainsi que d’amis du Togo, par sa présentation du contexte régional marqué par la méridionalisation de la menace terroriste.

Evoquant la persistance de l’insécurité dans le Sahel et de la contamination qui affecte progressivement les États côtiers, Faure Gnassingbé a plaidé pour une prise de conscience générale et une réponse concertée et coordonnée. Il a en outre, notamment insisté sur la nécessité du maintien d’un cad­re de coopération avec les partenaires en mettant davantage l’accent sur les relations commerciales et l’investisse­ment dans les secteurs créateurs d’emploi car « la croissance inclusive et la prospérité partagée sont les meilleurs remparts à la radicalisation et à l’extrémisme violent ».
 

Ricardo 

Commentaire(s) (0)

Envoyez un commentaire
noms email message