Newsletter

Rentrée scolaire 2020-2021 : En dehors de la construction des appâtâmes et des tables-bancs adaptés: Si le gouvernement rendait le programme scolaire souple mais consistant ?

Rentrée scolaire 2020-2021 : En dehors de la construction des appâtâmes et des tables-bancs adaptés: Si le gouvernement rendait le programme scolaire souple mais consistant ?
Publié le : 24/09/2020 commentaire(s) (0)

La rentrée scolaire 2020-2021 continue de susciter des inquiétudes auprès des acteurs de l’éducation notamment les parents d’élèves qui ne savent plus à quels saints se vouer. Pour apaiser ces inquiétudes, le ministre des enseignements primaire et secondaire à au cours d’une récente rencontre avec la presse, fixé l’opinion. A en croire Atcha Dedji Affoh, des dispositions sont en train d’être prises pour que cette rentrée scolaire soit effective dans le strict respect des mesures de riposte contre la propagation du Coronavirus au Togo. Il précise qu’une « commission » a déjà été mise en place à cet effet            

Au nombre des dispositions, le ministre annonce  le lancement, une semaine avant cette rentrée, d’une vaste campagne de sensibilisation à l’attention des apprenants afin de les préparer pour cette nouvelle année académique. « Nous avons prévu des émissions radio, des affiches, des flyers pour sensibiliser les apprenants, les préparer pour cette rentrée », a expliqué le ministre
           

En vue de déférer au  respect de la distanciation sociale en milieu scolaire, une réduction des effectifs dans les classes s’impose. Un nouveau format de table-banc est en train d’être confectionné. « Nous avons souvent plus de 50 élèves par classe, mais aujourd’hui avec le coronavirus, cela n’est plus possible. C’est ainsi que nous avons demandé aux directeurs régionaux dans chaque région de faire les choses pour qu’on ait une idée sur les effectifs dans chaque établissement. On prévoit construire avant la rentrée des appâtâmes. Nous confectionnons de nouveaux table-bancs. Cette distanciation sociale est très importante », a poursuivi Atcha Dedji Affoh
           

Par ailleurs, le gouvernement qui prépare sereinement la rentrée des classes du 26 octobre prochain envisage payer des frais de scolarité à certains élèves ainsi que des fournitures scolaires. La grande règle c’est  de soutenir les parents, surtout ceux dont les activités ont été plombées par les effets de la pandémie de coronavirus
           

En tout, c’est une enveloppe de 23,4 milliards de francs CFA  que le gouvernement va dégager pour payer les frais de scolarité, des fournitures scolaires aux élèves et prendre en charge certains apprenants des écoles nationales de formation sociale (ENFS). Selon des sources dignes de foi, la prise en charge des frais de scolarité concerne les élèves  du 1er cycle et du 2ème cycle du secondaire général et technique et dans la formation professionnelle pour les familles vulnérable.
Cette sortie du ministre des enseignements du primaire et du secondaire vient à point nommé pour apaiser les inquiétudes des parents d’élèves par rapport à la manière dont le gouvernement entend gérer l’année académique en perspective. Elle a également le mérite de prouver que le gouvernement est à l’écoute des populations même dans des moments difficiles. Cependant cette sortie laisse quelque peu les Togolais sur leur soif.            

Lorsque le ministre parle de la construction des appâtâmes pour résorber le trop plein des effectifs conformément aux exigences des mesures barrières, la question reste de savoir, ce qu’il en sera pour les établissements scolaires qui ne disposent pas d’espace pour accueillir de nouveaux appâtâmes et plus grave dont l’état des bâtiments est tel qu’ils ne puissent supporter un étage.
Il n’est un secret pour personne que la multiplication des salles de classes, suppose le recrutement de nouveaux enseignants. Comment l’Etat togolais, confronté aux diverses revendications des enseignants qu’il peine à satisfaire, peut-il se permettre de nouveaux recrutement sans exposer les apprenants à de nouvelles grèves avec des risques énormes de paralysie de la prochaine année académique ?            

Des réponses à ces craintes peuvent rassurer les Togolais quant à la fiabilité et la viabilité de l’année académique qui s’annonce. Selon le ministre, des dispositions sont en train d’être prises pour rendre effective la prochaine rentrée scolaire qui sera marquée par un rallongement des jours de classe aux mercredis après-midi et samedis. Ce qui pose le problème de contenu du programme scolaire réputé vieux de l’époque coloniale. Si parmi ces dispositions, pouvait figurer la mise en en place d’une cellule chargée de dépoussiérer ce programme pour le rendre souple mais consistant, l’Ecole togolaise ne pourrait que sortir grandie de cette épreuve difficile qui prend de court tout le système enseignant de la planète.
 

ADK

Commentaire(s) (0)

Envoyez un commentaire
noms email message