Newsletter

Renforcement de la production du gingembre et du poivre dans le Wawa : Un projet pilote lancé par la société Boss Industrie

Renforcement de la production du gingembre et du poivre dans le Wawa : Un projet pilote lancé par la société Boss Industrie
Publié le : 20/06/2019 commentaire(s) (0)

Un projet pilote dénommé «Renforcement de la production des filières gingembre et poivre dans le Wawa» a été lancé le 15 juin 2019 à Gbadi-N’Kugna par la société Boss Production. La cérémonie a été présidée par le Directeur régional de l’Agriculture, Dr Claude Batchassi. C’était en présence des cadres et fils du milieu ainsi que d’une forte délégation marocaine, conduite par M. Abdelaziz KRIOUILLE, PDG de SUPMTI,  partenaire au projet.              

Le projet qui entend implanter une usine de transformation du gingembre et du poivre, fait déjà la fierté des producteurs. Présents à la cérémonie, ils estiment que, bientôt une nouvelle vie va s’ouvrir pour eux. Car, le gingembre et le poivre qui étaient vendus à la criée  ne leur  rapportaient pas. Tous ne jurent que par cette usine, une initiative de leur fils, le directeur de la société, BOSS Industrie, M Bossiadé Koudjo. Dans la préfecture de Wawa, la production annuelle du gingembre  frais avoisine 60.000 tonnes dont 40.000 tonnes dans la zone Ouwi.  Elle réunit près de 4000 agriculteurs dont 2500 femmes.  

Après lavage et séchage, une quantité de 15000 tonnes est destinée à l’exportation. Mais avec le projet pilote  du Boss Production, il est envisagé d’ici 2022, de porter la production annuelle à 200.000 tonnes de gingembre et 10.000 tonnes de poivre. Selon le promoteur, M BOSSIADE Koudjo, le projet est porteur d’espoir et d’espérance pour des milliers d’agriculteurs. « Il mettra en valeur les filières gingembre et poivre en encourageant l’émergence des coopératives et des réseaux d’agriculteurs qui organisent la grande production de gingembre et de poivre, la transformation locale des produits bruts et leur commercialisation », a déclaré M BOSSIADE, avant de décliner la vision du projet : l’amélioration de la gestion des ressources naturelles ; la gestion de la fertilité des sols ; les opportunités d’exportation, le financement du secteur rural, sans oublier l’insertion des jeunes dans le secteur, l’amélioration des pistes rurales ou encore « la prise en compte des femmes», «l’amélioration du stockage», etc.

Projet très ambitieux, il s’inscrit dans l’axe 2 du Plan National de Développement (PND) lancé le 04 mars 2019 par le chef de l’Etat Faure Gnassingbé. Selon M Bossiadé, l’usine sera installée en 2020 et en 2021 commencera la culture du poivre. A en croire le promoteur, le financement du projet ne va pas rencontrer de difficultés puisque la Banque mondiale est déjà prête pour leur apporter son soutien financier. En attendant, les partenaires marocains font savoir que leur apport à l’initiative ne manquera pas.

Pour le préfet de Wawa, Soménou Atsou, l’économie de la préfecture repose essentiellement sur la culture qui occupe la grande partie de la population.  Les produits cultivés sont le café, le cacao, le gingembre, le poivre, etc. Le milieu, a-t-il dit, est considéré comme le berceau togolais de la culture du gingembre et du poivre. Pour cela, M Soménou Atsou a invité tous les fils et filles de la localité, à soutenir le projet pour l’atteinte de ses objectifs. 
           

Le projet «Renforcement de la production des filières gingembre et poivre dans le Wawa» séduit  déjà les partenaires marocains qui ont fait savoir qu’ils vont mettre tout en œuvre pour sa réussite. Selon Dr Abderahman Kriouille, CEO/ Co-Fonder, de la société  FARASHA SYSTEMS qui intervient dans les énergies renouvelables, sa structure va installer deux centrales pour accompagner l’initiative. «L’idée pour nous, c’est d’installer des centrales solaires : une pour l’énergie concernant l’unité de séchage du gingembre et une autre pour l’électrification de la commune Wawa 2.

Nous sommes venus dans le village pour voir de plus près la réalité des choses, évaluer le coût  pour faire le montage du projet », a expliqué Dr Abderahman Kriouille. Comme lui, M. KRIOUILLE Abdelaziz, PDG de SUPMTI,  chef de la délégation marocaine au forum UE-Togo a promis que, dans la vision de la coopération sud-sud, sa société va apporter son soutien au PND. «Nous sommes venus pour soutenir le PND et le projet de l’usine à Wawa 2. Nous sommes prêts à donner des bourses d’étude pour Wawa 2 et pour la préfecture de Wawa, une quarantaine (40)  de bourses. A côté des ressources naturelles » a-t-il dit.
 

Daniel A.

Commentaire(s) (0)

Envoyez un commentaire
noms email message