Newsletter

Reformes constitutionnelles/ Les jeunes et les femmes d'unir disent oui au référendum :

Reformes constitutionnelles/ Les jeunes et les femmes d'unir disent oui au référendum :
Publié le : 27/10/2017 commentaire(s) (0)

Je marche pour la non violence, contre l'intolérance, l'intégrisme religieux, tels étaient entre autres les messages que
véhiculaient les jeunes et femmes militants et sympathisants des associations de la majorité présidentielle en meeting hier
mercredi à Lomé sur le terrain de Tokoin de Forever pour témoigner leur attachement à la politique de paix prônée par le
chef de l'Etat, Faure Gnassingbé et se prononcer sur le référendum.

Ces jeunes et femmes militants issus des différentes associations de la majorité présidentielle se sont réjouis du choix à l'Assemblée nationale des députés majoritaires d'aller de l'avant dans la modernisation du dispositif institutionnel et constitutionnel de notre pays Selon M. Noel De Poukn porte-parole des jeunes militants, c'est par referendum que l'ensemble de la communauté internationale sera témoin de ce que veut la majorité des Togolais.

" Nous appelons un referendum de tous nos voeux, afin que soient soumises l'ensemble des sensibilités et des tendances politiques
à la plus véridique des expressions démocratiques et populaires ", a-t-il lancé dans son intervention. Pour finir M. Noel De Pouk'n a invité l'opposition à se préparer pour le referendum et à éviter de déployer une " débauche d'énergie dans la rue ", à travers des stratégies futiles.  Les femmes, quant à elle, ont exprimé leur gratitude au chef de l'Etat, artisan de la paix sociale retrouvée dans notre pays. Pour elles, quelles que soient la justesse et la pertinence des revendications d'une quelconque sensibilité politique, elles ne peuvent et ne doivent s'exercer dans des conditions qui occasionnent la violence et surtout les pertes en vies humaines.

Aussi, refusent-elles que face à la persistance des manifestations de rues non nécessaires pour l'obtention des reformes dont le cadre de discussion et d'amendement est expressément prévu par la constitution les " enfants qui n'étaient pas nés en 1992 soient les victimes expiatoires, sacrifiées sur l'autel des velléités insurrectionnelles d'hommes politiques, qui mettent leurs familles à l'abri des violences et qui ne font aucun sacrifice personnel pour satisfaire des ambitions d'abord personnelles et égoïstes".

Pour finir, elles ont réitéré leur soutien au chef de l'Etat et l'exhortent à continuer à préserver l'essentiel, tout en poursuivant ses efforts pour la démocratisation de notre pays, dans un esprit de dialogue et de concertation.

Commentaire(s) (0)

Envoyez un commentaire
noms email message