Newsletter

Première visite d’un président sud-africain au Togo : Le chef de l’Etat Faure Gnassingbé et son homologue Cyril Ramaphosa engagent leurs pays dans un accord-cadre de coopération

Première visite d’un président sud-africain au Togo : Le chef de l’Etat Faure Gnassingbé et  son homologue Cyril Ramaphosa engagent leurs pays dans un accord-cadre de coopération
Publié le : 12/12/2019 commentaire(s) (0)

Lomé, la capitale  togolaise,  a offert son hospitalité au président de la République sud-africaine, Matamela Cyril Ramaphosa , le tout premier dirigeant  de la nation Arc-en-ciel à fouler le sol togolais, pour une visite d’amitié et de travail les 5 et 6 décembre dernier.  Il a été accueilli à son arrivée à l’aéroport international Gnassingbé Eyadema par son homologue togolais Faure Gnassingbé.  La rencontre  entre ces deux hommes  d’Eta à Lomé   s’inscrit  dans le cadre  du renforcement des relations  de coopération entre l’Afrique du Sud  et le Togo à travers un accord- cadre de  coopération signé au terme des travaux  axés sur les domaines économique et sécuritaire.

Au cours de son  séjour de deux jours, le président  Matamela Cyril Ramaphosa  a abordé avec le chef de l’Etat togolais d’importants sujets d’intérêts communs, bilatéraux et continentaux. Les deux dirigeants ont saisi cette occasion, pour se féliciter de l’élargissement de la coopération entre leurs pays à divers domaines. Après un premier tête-à-tête le jeudi 5 décembre à l’Aéroport International de Lomé suivi peu après d’une visite  guidée au Palais de Lomé devenu un centre touristique et  culturel, le président Faure Essozimna Gnassingbé et son hôte, Matamela Cyril Ramaphosa  ont poursuivi leurs entretiens  au palais de la présidence de la République.
           

En effet, à  la suite des visites au Palais de Lomé et au Port de Lomé, au cours desquelles les potentialités et les atouts de ces infrastructures ont été exposés au leader sud-africain, une séance de travail a réuni les délégations de haut niveau des deux pays au Palais de la Présidence. Le Plan national de développement (PND) et ses projets phares ont été présentés et ont suscité d’ailleurs un fort intérêt et de riches échanges. De ces entretiens qu’il a eus avec son homologue du Togo, le président  Sud- africain a déclaré avoir  passé en revue les opportunités que son pays peut tirer de ce que  le Togo fait, en terme d’expérience. « Nous sommes séduits par  la manière dont le Port est développé au Togo, c’est un modèle, vu sa profondeur et sa situation géographique. C’est un atout. Les bateaux peuvent quitter le Port autonome de Lomé et accoster chez nous. Donc, les liens se renforcent entre le Togo et l’Afrique du Sud et nous voulons manifester cela en relevant que le commerce sera gagnant – gagnant, conformément à la mise en œuvre de la Zone de Libre Echange Commercial (ZLEC) », a-t-il signifié. Le  Port Autonome de Lomé (PAL),  faut-il le rappeler, est le poumon économique du pays. Compte tenu de sa localisation, il sert le marché local, mais aussi  les autres  pays africains. « Le port autonome de Lomé constitue l’élément moteur de la croissance économique de notre pays. Les recettes douanière réalisées ici constituent 80% du total et 60% des revenus de l’État », a rappelé Mme Zouréatou Lassa Traoré, la ministre des Transports.
           

Le classement réalisé en juillet 2019 par la Fondation African Ports Awards place le PAL en tête des ports africains. Pour le trafic global de conteneurs, Lomé est en tête avec 1,4 millions d’EVP devant Tema (1,01 millions d’EVP) et Pointe-Noire (739 000 EVP). Pour la productivité à quai, le port de Pointe-Noire est en première position devant Lomé (Togo) et Tema. Enfin, concernant le trafic en transbordement, Lomé est en tête devant Pointe-Noire et San Pedro. Ce classement confirme la place centrale qu’occupe le Port autonome de Lomé (PAL) dans la région et la volonté des autorités de tirer profit de cette position pour devenir un hub logistique africain.  A cet effet, le président, Matamela Cyril Ramaphosa s’est dit rassuré du rôle que peut jouer le secteur du tourisme et du transport pour attirer les Sud- Africains au Togo. « Ce qui nous a aussi le plus séduits, c’est la fraternité, l’amitié et l’hospitalité légendaire du peuple togolais. Nous sommes ravis des mets locaux qui nous sont présentés », a conclu le chef d’Etat sud - africain. Le president  togolais, Faure Gnassingbé  a pour sa part,  félicité le président Cyril Ramaphosa qui a accepté accompagner le gouvernement dans la mise en œuvre du Plan National de Développement (PND). «  J’ai expliqué au président Ramaphosa  que nous voulons faire la promotion des investissements  dans notre pays, les investissements nationaux, mais également  étrangers, surtout  africains. Je sais que les hommes d’affaires s’intéressent à la région ouest africaine », a indiqué  le président Faure Gnassingbé.  Et de  poursuivre : «Pour l’instant, certains pays comme le Ghana et le Nigéria ont été les destinations plutôt privilégiées et je voudrais montrer aussi les opportunités que notre pays offre. Donc j’espère que dans les semaines, les mois à venir, nous pouvons organiser un business forum (forum économique) en Afrique du Sud pour présenter aux investisseurs sud - africains les opportunités qu’offre le Togo ».  Les présidents togolais Faure Gnassingbé et sud-africain Cyrille Ramaphosa ont par ailleurs scellé cette visite de travail et d’amitié  à Lomé, par la signature, le 6 décembre 2019, d’un accord-cadre quinquennal qui vise à renforcer la coopération entre leurs pays.

Selon le document signé, les domaines concernés sont, entre autres, le commerce, l’industrie, l’agriculture, l’élevage, les transports, les mines et la culture. Les deux parties ont pris l’engagement d’échanger des informations sur la législation nationale en vigueur dans les deux pays « se rapportant à la coopération dans tous les domaines d’intérêt commun ». Elles encourageront, en outre, les partenariats entre les secteurs privés conformément à la législation nationale en vigueur dans les deux pays et en tenant compte de leurs engagements à l’égard des organisations sous-régionales, régionales et internationales dont elles sont membres, d’après les termes de l’accord paraphé par la ministre  togolaise de la planification du développement, Yawavi Demba, et le ministre des relations internationales d’Afrique du sud, Naledi Pandor.

Les deux chefs d’Etat, selon un communiqué conjoint publié par leurs services, se sont félicités de l’élargissement des domaines de la coopération entre le Togo et l’Afrique du sud « qui couvrent, entre autres, le commerce, les transports, la défense, la sécurité, l’agriculture, les mines et autres questions d’intérêt commun ». Ils ont salué « l’accroissement de la coopération économique ».
 

Daniel A.

Commentaire(s) (0)

Envoyez un commentaire
noms email message