Newsletter

Performance sous régionale des banques togolaises : Oragroup entre à la BRVM d’Abidjan avec honneur

Performance sous régionale des banques togolaises : Oragroup entre à la BRVM d’Abidjan avec honneur
Publié le : 19/04/2019 commentaire(s) (0)

La date du mardi 16 avril 2019, est devenue une date historique pour le groupe bancaire panafricain Oragroup. Ceci à cause de son introduction à la Bourse Régionale des Valeurs Mobilière (BRVM) d’Abidjan, en Côte d’Ivoire, qui constitue la plus importante introduction enregistrée à la BRVM, depuis sa création en 1996. La cérémonie officielle de cette entrée au BRVM de l’Oragroup qui s’est déroulée à Lomé, était sous la présidence du ministre de l’Economie et des Finances, Sani Yaya, entouré des représentants des institutions bancaires et financiers, nationales et sous régionales.

La cotation en Bourse est l’aboutissement d’un long processus qui va de la préparation organisationnelle, juridique, comptable et financière de l’entreprise jusqu’à bâtir une histoire de marché susceptible d’être vendue aux investisseurs. C’est un parcours très exigeant qui mobilise beaucoup d’énergies et de ressources.

La cotation intervient toujours après une Offre Publique sur le marché primaire et vise essentiellement à assurer la liquidité du titre. Le marché secondaire, donc de la Bourse, apparaît de ce fait comme la forme la plus achevée de la finance moderne car désormais ce sont les investisseurs qui vont déterminer la valeur de l’entreprise et non ses dirigeants. La bourse devient ainsi pour l’entreprise le lieu où s’évalue au quotidien ses performances. Elle représente également pour elle un moyen par excellence de communication et de publicité.

Tous ces atouts peuvent donc justifier toute l’énergie et les ressources mobilisées pour arriver à la cotation. Ce choix, fait donc d’ORAGROUP une référence régionale et internationale dans le domaine de la banque. Les performances de l’ORAGROUP, enregistrée ces dernières années, font de lui, la 46ème société cotée à la BRVM en capitalisant plus de 5 154 milliards de FCFA du marché action. 
Il s’agit également de la 15ème banque cotée à la BRVM et la 7éme à intégrer notre marché au cours des cinq dernières années sur les neuf nouvelles admissions. Par ailleurs, ORAGROUP constitue le second Groupe bancaire basé au Togo à se faire coter à la BRVM après Ecobank Transnational Incorporated (ETI) en 2006.

A eux seuls, ces deux groupes bancaires vont représenter 11,73 % de la capitalisation boursière totale de la BRVM ce qui fera du Togo la quatrième place boursière de l’UEMOA après le Sénégal, la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso qui pèsent respectivement, 39.60%, 33.13% et 12.49%. L’introduction d’Oragroup constitue une opération très particulière pour la BRVM et cela à double titre. Tout d’abord, il s’agit de la plus importante levée de fonds sur le marché financier régional depuis sa création en 1996. En effet, avec un montant mobilisé de 56,92 milliards de FCFA, cette opération se classe devant celle de Ecobank CI en 2017 et Coris Bank International en 2016 qui ont mobilisé respectivement 45 et 36,75 milliards de francs CFA.

Ensuite, l’introduction d’Oragroup a été réalisée à travers la sortie partielle d’un fonds de Private Equity. Ce type d’opération est considéré comme la troisième source d’alimentation d’une Bourse après les privatisations et les admissions volontaires.

En effet, depuis 1998, 20 Offres Publiques de Vente ont été réalisées sur le marché financier régional, dont 9 privatisations, 10 admissions volontaires et 1 sortie de Fonds d’Investissement. Pour M. Yaya, il est possible de financer le développement des pays de l’UEMOA par les voies du marché en faisant appel à l’épargne locale pour la transformer en levier d’accélération économique et de financement du secteur privé. 

Le ministre a rappelé le souhait du président Faure Gnassingbé de faire de son pays une place financière de réputation internationale. Le Plan national de développement (PND) est à la fois une feuille de route et un nouveau référentiel en matière de développement. « Pour y parvenir et amener la croissance du pays à 7,6 % en 2022, le Togo a besoin de banques engagées, réactives et de proximité, présentes sur la durée, et qui savent proposer les outils d’épargne et de financement qui répondent vraiment aux besoins des acteurs économiques que sont les entreprises, les particuliers, et la puissance publique », a déclaré M. Yaya.

« La confiance du marché confirme la solidité de notre modèle et le potentiel de croissance de notre Groupe. Oragroup entend utiliser ces nouvelles marges de manœuvre pour investir dans l’extension de son réseau et des services à la clientèle, essentiellement les particuliers et les PME », a indiqué Binta Touré Ndoye, directrice de l’Oragroup.

Daniel A.

Commentaire(s) (0)

Envoyez un commentaire
noms email message