Newsletter

Lutte contre la Covid-19/Fermeture de bars au quartier Avédji: Et si le maire Aboka procédait autrement ?

Lutte contre la Covid-19/Fermeture de bars au quartier Avédji: Et si le maire Aboka procédait autrement ?
Publié le : 25/08/2020 commentaire(s) (0)

Dans le cadre de la lutte contre la pandémie au coronavirus le  maire de la commune Golf 5, le sieur Aboka va –t- en guerre contre des bars et restaurants de sa commune qu’il menace de fermeture au motif qu’ils constituent des vecteurs de propagation du virus. La semaine dernière, il a opéré une descente musclée pour ramasser des tables et du matériel sono dans certains  bars.  Ce qui a  suscité des réactions plus ou moins élogieuses à l’encontre de cet élu local qui manifestement, ne voudrait qu’apporter sa contribution à la lutte menée contre la pandémie par le gouvernement.            

Le  quartier Avédji avec ses bars et restaurants débordant de clients, constituent depuis quelque temps, un des points chauds de la capitale à la tombée de la nuit surtout les weekends. La  chaleur de l’ambiance en ces lieux où la mousseuse et les spiritueux coulent à flots, n’a rien à envier à celle du quartier Deckon en plein cœur de Lomé. Il va sans dire que dans cette atmosphère endiablée qui mêle sexe à l’alcool sur fond de décibels envoûtants, le respect des mesures barrières ne sauraient être la chose la mieux partagée. Plus d’une fois, il a été donné au maire Aboka de la commune Golfe 5  au cours de ses descentes inopinées en ces lieux, de constater que les risques de propagation de la pandémie y sont énormes.
           

Vendredi dernier, fort de l’assistance de la force publique, il aurait opéré la saisie des tables, chaises et autres matériels acoustiques réputés, patrimoines des tenanciers de bars qui constituent à ses yeux, une source potentielle de contamination au coronavirus. Très satisfait de son œuvre, il confie à la presse « C’est une rafle que j’ai faite. Je n’ai pas d’explication à donner. Je n’ai pas fermé les bars. Ce que vous avez vu est peu, vous verrez d’autres actions pires parce que le Colonel Djibril a doigté ma commune d’être un foyer de la propagation de l’épidémie »
           

Pour le Secrétaire général du syndicat des tenanciers de bars SYNATERTO, cette descente du maire n’est que pure pagaille. « Nous disons que cette opération est de la pagaille. Trop c’est trop. Mr Aboka dit n’avoir pas fermé les bars. Nous disons qu’il a fermé les bars. Il y a eu injonction de fermeture de bars, des violations de domicile, des portes fracassées pour un simple ramassage, des fois en absence des propriétaires. Et ce n’est pas la première fois qu’il fait de pareille descente. C’est fois-ci, trop c’est trop ».
           

Pour le maire Aboka c’est un travail de salubrité publique qu’il a réalisé. « Je suis allé corriger les tenanciers de bars sans votre avis parce que vous ne les avez pas suffisamment sensibilisés », a-t-il déclaré en réponse aux responsables syndicaux.
           

La responsabilité d’un élu local est de déférer, entre autres à la gestion des affaires de sa commune. A ce titre, il lui incombe de mettre les populations de sa commune et autres à l’abri de la pandémie du coronavirus qui sème tant de terreur à travers le monde. Pour autant le maire n’a pas besoin de  violer les textes en vigueur.
           

A notre avis  avant de sévir contre des contrevenants aux mesures barrières dans les bars et restaurant relevant de sa commune, il  appartient au maire de se plier aux textes en vigueur. Débarquer  dans des bars et restaurants comme un gangster de grand chemin pour ramasser des meubles et autres matériels de sonorisation au nom d’une fameuse lutte contre le coronavirus, ne ressemble pas à un élu du peuple. C’est un acte criminel passible de peines d’amende et de réclusion.
           

Avant d’envisager, la fermeture arbitraire d’un bar il faut penser aux  préjudices pouvant résulter de cette mesure  aux divers intervenants dans son fonctionnement, aux mesures d’accompagnement etc. Pourquoi à son avis le gouvernement n’a pas à ce jour décrété la fermeture des bars au Togo dans le cadre de cette lutte ? Le maire Aboka n’a sûrement pas pensé au manque à gagner que cette mesure peut causer à la caisse de l’Etat et aux brasseries et encore moins aux  bouches que nourrissent les servantes, les gérants et autres opérant dans ces bars et à celles des vendeurs de brochettes et autres nourritures installés autour de ces lieux.
Suite à sa descente musclée dans ces bars, c’est  Faure Gnassingbé qui est décrié dans les rues d’Avédji. Aux yeux du maire Aboka, le Chef de l’Etat n’a-t-il pas suffisamment de problèmes pour qu’il lui en créé d’autres ?            

Au lieu d’envisager la fermeture des bars à Avédji, le maire Aboka ferait mieux d’intensifier la sensibilisation au niveau des bars. Et pour les besoins de la cause, mettre en place une brigade communale anti-pandémie chargée d’infliger des amendes aux tenanciers de bars ou restaurants pour non observation des mesures barrières. Dans la lutte engagée contre cette pandémie, rien ne vaut la sensibilisation. Le maire Aboka doit abuser de sensibilisation pour amener les plus récalcitrants de ses administrés à adopter en tout lieu et en tout temps, les mesures barrières.

Dans une société où tout le monde n’a pas le même degré de compréhension et d’appréhension, le jeu en vaut valablement la chandelle. Il ne servira à rien de se complaire dans des initiatives impopulaires susceptibles de se retourner contre soi tôt tard.


D. Legrand
                 

Commentaire(s) (0)

Envoyez un commentaire
noms email message