Newsletter

Les médias et les candidats à l’école des textes réglementaires et législatifs de la HAAC pour l’élection 2020

Les médias et les candidats à l’école des textes réglementaires et législatifs de la HAAC pour l’élection 2020
Publié le : 30/01/2020 commentaire(s) (0)

La Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication(HAAC) a organisé mardi dernier à l’endroit des medias et des candidats, un séminaire d’information, de sensibilisation et d’appropriation des textes réglementaires pour l’élection présidentielle du 22 février prochain. Les travaux ont été ouverts par le président de la HAAC, M. Pitalounani TELOU et conduits par le Vice-président Octave OLYMPIO. L’objectif de la rencontre est d’outiller ces différents acteurs  sur les dispositions légales visant à faire une bonne communication électorale.            

Dans son speech d’ouverture le président Pitalounani TELOU de la HAAC a exprimé la détermination du gouvernement togolais et de son institution à œuvrer pour une élection sans violences ni incidents. Il a, ensuite exhorté les medias et les candidats à plus de responsabilité dans les messages et les comportements en cette période sensible de l’élection présidentielle. Les travaux, sous l’égide de M. Octave OLYMPIO se sont déroulés autour de trois thèmes : « modalités d’accès aux médias publics des candidats à l’élection présidentielle du 22 février 2020 » ; « les attentes de la HAAC vis à vis des candidats à l’élection présidentielles du 22 février 2020 » ; « la couverture de la campagne électorale par les médias privés et le comportement professionnel de la presse ».
           

Dans sa présentation sur l’accès des candidats aux medias publics, M. BABAKA Badjibassa a rappelé aux différents candidats les principes qui caractérisent la diffusion de leur message dans les medias publics tels que radio Lomé, radio Kara ; Togo presse, la télévision togolaise (TVT) et aussi sur les 32 radios communautaires. Les interventions sont diffusées ou publiées gratuitement dans le délai légal de déroulement de la campagne pour l’élection présidentielle. A la radio Lomé, les interventions sont diffusées après le journal de 19h00 à radio Kara après le journal 19h30, la TVT après le journal de 20h et à Togo-presse, les pages intérieures consacrées à la campagne débutent à la page 5. Il a rappelé que les programmes des manifestations des candidats doivent être communiqués à la HAAC, et aux radios autorisées et aux radios désignées au plus tard 72 heures avant l’ouverture officielle de la campagne. « On ne demande pas aux journalistes d’inventer un autre monde pendant la période électorale, mais de rester professionnels » c’est par cet appel que M. Zeus AZIADOUVO, membre de la HAAC, a abordé le thème « la couverture de la campagne électorale par les médias privés et le comportement professionnel de la presse ». « Les medias privés engagés dans la couverture de la campagne électorale doivent observer une grande rigueur dans la collecte, le traitement, la programmation, la diffusion ou la publication de l’information et le respect des textes législatifs et réglementaires régissant la profession des journalistes ainsi que la déontologie et l’éthique en la matière » a-t-il souligné.
           

Pour une élection apaisée et sans violences, l’ancien Directeur de publication du quotidien Liberté a invité les médias privés à éviter la publication ou la diffusion de chansons, jeux, spots, caricatures, communiqués, proverbes et récits satiriques qui sont de nature à inciter à la haine, au régionalisme ou à mettre en péril la cohésion nationale. Ils doivent s’interdire de reprendre les informations dont la véracité n’est pas établie par l’organe qui relaie, et commenter ou de porter des jugements de valeur sur les informations relayées. Eviter la diffusion de sondages d’opinion sur les parties prenantes au scrutin. M. Pierre Kassere SABI membre de la HAAC a, de son côté, dans sa communication sur les attentes de la HAAC vis-à-vis des candidats, invité ces derniers et les états-majors des partis en lice pour le scrutin du 22 février à un respect scrupuleux d’autrui. A en croire M. SABI, tous les messages diffamatoires subiront des sanctions sévères.
 

Daniel A.

Commentaire(s) (0)

Envoyez un commentaire
noms email message