Newsletter

Les détracteurs de l’ancien ministre de la défense à l’œuvre pour le maintenir en prison: Le pied en putréfaction publié par les médias n’est pas celui de Kpatcha Gnassingbé

Les détracteurs de l’ancien ministre de la défense à l’œuvre pour le maintenir en prison: Le pied en putréfaction publié par les médias n’est pas celui de Kpatcha Gnassingbé
Publié le : 08/08/2019 commentaire(s) (0)

L’ancien ministre de la Défense, Kpatcha Gnassingbé, purge actuellement une peine de 20 ans de prison. Il est condamné dans une affaire d’atteinte à la sûreté de l’Etat et a déjà passé 10 ans à la prison civile de Lomé. Nombreux sont les Togolais qui souhaitent qu’il recouvre sa liberté et retrouve sa famille mais ses détracteurs sont à l’œuvre pour le maintenir encore en prison en posant des actes inappropriés qui frisent le cynisme.  

En effet, la bienséance voudrait que quiconque veut œuvrer pour la libération de Kpatcha plaide pour une clémence lui permettant de bénéficier d’une mesure de grâce présidentielle, la seule porte de sortie. Tous ceux qui disent qu’ils aiment Kpatcha Gnassingbé doivent plaider pour le pardon. Mais malheureusement, ceux qui prétendent se battre pour sa libération sont en réalité ses vrais ennemis qui posent des actes pour le maintenir davantage en prison.

Sinon comment comprendre que ceux qui bénéficient encore des largesses du prisonnier ne se privent pas d’occasion pour l’enfoncer au lieu de l’aider à s’en sortir ? Leur dernière trouvaille, c’est de présenter une plaie en putréfaction d’un individu pour faire croire que c’est celle de Kpatcha Gnassingbé. Lorsque l’on scrute cette image qu’on attribue à Kpatcha Gnassingbé, il est clair que cet homme n’a pas de moyens pour se faire soigner laissant ainsi le pied pourrir. Ce qui contraste avec Kpatcha Gnassingbé qui, bien qu’il soit en prison, aide financièrement des gens qui lui rendent visite. Si les visiteurs, au lieu d’apporter un présent au prisonnier, repartent plutôt gratifiés par ce dernier, il va sans dire qu’il n’est pas démuni au point de manquer des moyens de se faire soigner. Comment cet homme peut-il manquer de moyen pour se soigner convenablement. Il apparaît clairement que cette image qu’on cherche à présenter comme celle de Kpatcha est un fake news pour compliquer les attentes du prisonnier qui, après 10 ans de réclusion, souhaite quitter les lieux.

Selon nos recoupements, Kpatcha Gnassingbé a une plaie qu’il soigne régulièrement. Notre source indique que c’est à la clinique « Autel d’Elie » qu’il se rend souvent pour se faire soigner et que son état n’est pas si alarmant comme tente de faire croire l’image publiée par certains médias et qui fait du buzz sur les réseaux sociaux. Ceux qui le font ne rendent pas service à l’ancien député de la Kozah. Le seul service qu’il faille lui rendre, c’est de demander pardon. C’est à force de demander pardon tout en reconnaissant sa faute que l’intéressé peut obtenir gain de cause. Si l’acte qu’il a posé est très répréhensible, le pardon reste le chemin d’or. En publiant de fausses images pour choquer l’opinion, ceux qui le font ne lui rendent pas service mais plutôt le plongent davantage.

C’est les mêmes qui ont fait croire à l’opinion que cette affaire d’atteinte à la sûreté de l’Etat est un coup monté pour nuire à Kpatcha Gnassingbé. Et pourtant, ils savent que c’est une histoire vraie. C’est lors du procès et au vu des déclarations de l’accusé que les Togolais ont compris que ce putsch manqué, a été fomenté par Kpatcha Gnassingbé. Loin de revenir sur le passé, nous devons tous œuvrer en plaidant pour une mesure de grâce afin que l’ancien ministre de la défense recouvre sa liberté. Les détracteurs de Kpatcha Gnassingbé doivent arrêter leur manœuvre sordide qui, au lieu de l’aider, le plonge plutôt dans les geôles.  

Aliziou Dominique

Commentaire(s) (0)

Envoyez un commentaire
noms email message