Newsletter

Le meeting du 4 octobre interdit pour raison de Covid-19: La Dynamique Kpodzro ne doit pas chercher à violer les mesures barrières contre la pandémie

Le meeting du 4 octobre interdit pour raison de Covid-19: La Dynamique Kpodzro ne doit pas chercher à violer  les mesures barrières contre la pandémie
Publié le : 01/10/2020 commentaire(s) (0)

Le meeting annoncé par  la Dynamique Mgr  Kpodzro pour tenir le 4 octobre prochain à Baguida, banlieue Est située à 15 km de Lomé, n’aura plus lieu. Cette manifestation prévue pour « dénoncer tous les travers du régime cinquantenaire, avec à la pointe le rétablissement de la vérité des urnes », est interdite par les autorités compétentes pour raison de Covid-19.            

Le  ministère de la Sécurité et de la protection civile qui interdit le meeting fixé au 4 octobre prochain justifie la mesure par l’état d’urgence sanitaire dans lequel se trouve actuellement le Togo.
   

« Il n’y aura pas de meeting. Nous sommes en période d’état d’urgence sanitaire. Si les organisateurs étaient eux-mêmes responsables, ils ne programmeraient pas une telle activité », ont précisé mardi les autorités de la sécurité.
           

Contrairement à ce que peuvent penser certaines personnes, la mesure n’a rien de politique. Il nous souvient que depuis le mois de mars 2020 sous l’emprise de la propagation de la pandémie du coronavirus,  le gouvernement a interdit tout regroupement politique ou non afin de lutter contre le mal.
           

A la date du 29 septembre 2020, les chiffres rendus publics par le gouvernement indiquent 1759 cas confirmés avec 370 cas actifs. On note malheureusement 48 décès. Au même moment, 1341personnes sont guéries.
           

Quant aux  responsables de la DMK  qui n’entendent pas la chose de la même oreille, ils estiment que l’interdiction de cette manifestation sera une provocation de la part du pouvoir en place.
           

« Nous sommes des partis politiques et nous devons mener des activités. La Covid-19, nous sommes obligés de vivre avec. Cela peut encore durer. A cause de cette maladie, on va nous empêcher de faire un meeting en tant que formation politique ? Si on le fait, c’est de la provocation, c’est qu’on veut tout interdire dans le pays », a estimé Fulbert Attisso le week-end dernier sur une radio de la place.
L’interdiction du meeting du 4 octobre prochain, de l’avis des observateurs ne surprend guère. Elle est  prévisible.

Les responsables de la Dynamique Mgr. Kpodzro n’étant pas sans savoir que depuis mars 2020, tout regroupement de plus de 15 personnes est interdit au Togo. Si en dépit de cette interdiction qui court depuis des mois, des responsables politiques programment  des manifestations publiques c’est peut-être pour défier le pouvoir. Mais les autorités togolaises, en choisissant  de devancer l’événement en signifiant cette interdiction plusieurs jours avant la date indiquée, veulent éviter des risques de dérapage.
Il n’est un secret pour personne que la Dynamique Mgr. Kpodzro demeure dans logique de revendication d’une prétendue victoire de son candidat Messan Agbéyomé Kodjo au scrutin présidentiel de février 2020, remporté par Faure Gnassingbé officiellement crédité de plus 70% des suffrages. Depuis que la Cour constitutionnelle a rejeté sa requête en annulation du scrutin et sa revendication de la victoire pour manque de preuves, adressé par la DMK, ce mouvement s’inscrit dans la logique d’une guérilla politique qui ne dit pas son nom.            

Au moment où des efforts se mènent en vue d’une participation responsable des fils de ce pays à l’œuvre de l’édification nationale, ce mouvement par la voix de son coordonnateur général, Fulbert Attisso, s’inscrit totalement en faux.
           

Par rapport à une probable entrée au gouvernement de ses membres, Fulbert Attisso  a été catégorique : « Pour la Dynamique, toute idée de fondre dans un gouvernement  d’union nationale est exclue ». Pour lui, « La dynamique n’a pas fait tout ce chemin,  avec les résultats brillants qu’elle a obtenus à l’élection présidentielle  du 22 février 2020 pour aller dans un gouvernement  d’union nationale. » Tout au moins, précise-t-il, « la Dynamique peut étudier la possibilité pour l’ensemble de la classe politique de s’inscrire dans une démarche transitionnelle qui proviendrait d’un compromis politique nationale. » Pour le directeur de campagne d’Agbéyomé Kodjo,  cela suppose des discussions qui fixent des règles consensuelles pour la gestion du pays et la nécessité que le pouvoir prenne des engagements de réformes électorales et politique pour le futur.
           

C’est clair. La  Dynamique écarte toute idée de participation au futur gouvernement pour lequel elle n’a même pas été invitée, du moins officiellement. Ce n’est pas pour autant qu’elle va  se forger des arguments pour violer les mesures édictées par le gouvernement dans le cadre de la lutte contre la pandémie du coronavirus.

Commentaire(s) (0)

Envoyez un commentaire
noms email message