Newsletter

Journée mondiale de la contraception 2020 : Le Togo sensibilise la jeunesse

Journée mondiale de la contraception 2020 : Le Togo sensibilise la jeunesse
Publié le : 01/10/2020 commentaire(s) (0)

Le 26 septembre de chaque année, le monde entier célèbre la Journée mondiale de la contraception. Cette journée est soutenue par de nombreuses organisations non-gouvernementales dans différents pays. Elle a pour but essentiel la réduction du nombre de grossesses non désirées dans le monde.            

Pour aller dans le même sens, le Togo a célébré ce 26 septembre, la journée mondiale de la contraception édition 2020 marquant ainsi « sa détermination à renforcer la sensibilisation des populations en particulier des adolescents et jeunes en matière de contraception et leur offrir des services de santé de la reproduction de qualité ».
           

C’est également une occasion pour le Togo de faire le point sur la contraception et de permettre aux adolescents et jeunes de faire des choix éclairés et d’adopter une sexualité responsable.
La santé maternelle au Togo comme dans les pays à faible revenu constitue un problème de santé publique avec des indicateurs alarmants.            

Les ratios de mortalité maternelle néonatale et infantile demeurent élevés et sont respectivement de 401 pour 100 000 naissances vivantes, 27 pour 1000 naissances vivantes et 49 pour 1000 naissances vivantes selon le rapport de l’EDST de 2013-2014.
           

La Planification familiale est l’une des interventions de santé publique les plus rentables et les plus efficaces pour réduire la mortalité maternelle et néonatale et améliorer la vie des femmes et leurs familles. Elle permet de réduire d’au moins 30% la mortalité maternelle et d’au moins 10% la mortalité infantile.
           

Environ 21% de femmes au Togo, sont sous une méthode contraceptive, contre un taux de prévalence de 35,5% visé par le PANBPF 2017-2022.
           

Au Togo, le Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique par l’intermédiaire de la Direction de la Santé Mère et Enfant et la Division de la Santé Maternelle Infantile et Planification Familiale avec l’appui de ses partenaires mènent des actions louables contenues dans le PANBPF 2017-22.
           

Ces actions se déclinent en plusieurs axes à savoir la création de la demande des services de Planification Familiale à travers les sensibilisations, l’offre et l’accès aux services de Planification Familiale, la sécurisation des produits contraceptifs, l’environnement politique habilitant et financement, la coordination, suivi-évaluation et le renforcement de capacités des agents de santé et la question des adolescents et jeunes sont transversales à tous les axes.


Pour bénéficier des services de contraception, tels que l’Allaitement Maternel et de l’Aménorrhée, Collier de perles, la pilule contraceptive, les injectables, etc. il faudra se rendre dans un centre de santé, les infirmeries scolaires et universitaires, les centres conviviaux des adolescents et jeunes ou auprès des Agents de Santé Communautaire.

Notons que chaque année surviendraient 80 millions de grossesses non désirées dont un quart se termineraient par des avortements de fortune dans des conditions d’hygiène et de sécurité précaires, entrainant ainsi pas loin de 70 000 décès. Les pays « développés » sont tout aussi concernés par ce fléau, la moitié des grossesses y seraient accidentelles et un tiers d’entre elles déboucheraient sur un avortement.

Carole AGHEY

Commentaire(s) (0)

Envoyez un commentaire
noms email message