Newsletter

Gestion médiatique des législatives du 20 décembre 2018 : La HAAC plaide pour la subvention de la presse privée en période électorale

Gestion médiatique des législatives du 20 décembre 2018 : La HAAC plaide pour la subvention de la presse privée en période électorale
Publié le : 19/04/2019 commentaire(s) (0)

La Haute de l’audiovisuel et de la communication (HAAC) a rendu public le mardi 16 avril dernier son rapport sur la gestion médiatique des législatives du 20 décembre 2018 au cours d’un atelier-bilan. Dans un rapport de 136 pages, l’instance de régulation des médias retrace ses activités menées avant, pendant et après la campagne électorale, relève les obstacles rencontrés dans la gestion médiatique de ces législatives, et formule enfin des recommandations à l’endroit du gouvernement, des médias et des candidats aux joutes électorales. L’une des recommandations faites à l’Etat est « d’assurer le financement public des médias privés ».

Le rapport sur la gestion médiatique des législatives du 20 décembre 2018 par la HAAC est un document de 136 pages subdivisé et quatre parties. D’abord, la préparation de la gestion médiatique, faite d’élaboration de textes, leur vulgarisation et des rencontres entre la HAAC et les acteurs clés du processus électoral, à savoir les partis politiques ou représentants des listes, les acteurs des médias, etc.

Ensuite l’organisation de la couverture médiatique, faite elle de différentes formations ; puis l’observation de la campagne médiatique où il est question de monitoring par la HAAC. Et enfin, les recommandations à l’endroit du gouvernement, des médias puis des candidats.

Sans langue de bois, l’autorité de régulation des médias jette des fleurs à l’ensemble de la famille des médias pour « le comportement exemplaire » observé au cours de la période électorale de 2018. « Il me plaît d’adresser aux professionnels des médias, mes sincères félicitations pour le comportement de la presse au cours de ces élections législatives. Je voudrais donc traduire la satisfaction de la HAAC, car aucun incident notable n’a été signalé dans le processus de couverture médiatique. La HAAC n’a été saisie d’aucune plainte pour non-respect des dispositions prises, ni de plainte pour des menaces sur un journaliste au cours de l’exercice de son métier pendant le processus », s’est félicité le président de la HAAC, Willibronde Télou, à l’ouverture des travaux de cet atelier-bilan.

Il a invité les organisations professionnelles de la presse ainsi que l’ensemble des partenaires à rester mobilisés pour la réussite des échéances électorales futures.
Au registre des difficultés qui ont émaillé sa mission au cours de cette période sensible, la HAAC pointe du doigt « l’insuffisance et le retard dans la mise à disposition des ressources financières, l’insuffisance du personnel du service monitoring, le manque de financement public des médias privés, une faible sollicitation des organes privés (…) ».

Face à ces ratés, la HAAC recommande à l’Etat de « veiller à la mise à disposition rapide de ressources financières suffisantes afin de permettre à la HAAC d’organiser à temps, toutes les activités du processus électoral ; assurer le financement public des médias officiels et privés, renforcer l’effectif du personnel du service de monitoring de la HAAC et prendre les dispositions pour l’enlèvement des affiches à la fin de la campagne ».


Tout en insistant sur le financement public de la presse privé, le président de la Commission ad hoc des élections, Pierre Sabi Kasséré, estime que cette aide permettra aux médias d’être impartiaux dans le traitement des informations en période électorale dans la mesure où la plupart des candidats ne font pas recours aux médias privés pour faire passer leurs messages.         

JPB

Commentaire(s) (0)

Envoyez un commentaire
noms email message