Newsletter

Economie togolaise : Les indicateurs affichent une bonne santé

Economie togolaise :  Les indicateurs affichent une bonne santé
Publié le : 30/01/2020 commentaire(s) (0)

Grâce aux efforts sans cesse consentis par le gouvernement, ayant débouché sur une amélioration du cadre et des indicateurs macroéconomiques, l’économie togolaise se porte plutôt bien aujourd’hui.

Courant janvier 2017, le Togo et le FMI ont la conclu un accord portant sur un nouveau programme de prêts de 238 millions de dollars remboursables en dix ans.            

Pour la responsable de la division adjointe au département Afrique du Fonds monétaire international en charge du Togo, Cemile Sankak, « C’est un décaissement avec des conditions très favorables pour le Togo ».
           
Selon des sources dignes de foi, cette somme doit notamment être consacrée à la mise en œuvre du Programme d’urgence de développement communautaire (PUDC), lancé le 30 juin 2016 par le président Faure Gnassingbé. Cette dernière attache à la construction d’infrastructures dans les zones du territoire togolais les plus mal desservies, une grande importance. Le coût du PUDC est évalué à près de 155 milliards de francs CFA (236 millions d’euros).
           

Depuis cette signature d’accord avec le FMI en 2017, le Gouvernement s’est lancé dans une dynamique de stabilité macroéconomique qui fait ses preuves.
En effet, plusieurs indicateurs se sont vus améliorés. Les finances publiques sont assainies. Le taux d’inflation se fixe à moins de 2%. Du coup, le Togo a engrangé des points notamment sur la gestion de sa dette. Selon les économistes, le déficit s’est même transformé en excédent, passant de -4,5% en 2016 à +2,5% en 2018.            

Quant au gouvernement, dans le même temps, il a consenti des efforts notables qui ont permis de ramener le seuil de la dette totale, incluant les sociétés, de 81% à 74% du PIB en 2018. En 2019, il se situe autour de 69%.
           

Dans le souci de créer davantage d’espace budgétaire, la dette extérieure a été profilée avec un taux de maturité compris entre 4% et 5%. Ce qui pousse le gouvernement à satisfaire aux besoins sociaux. Plus que jamais, l’économie togolaise se porte bien.
 

Ricardo

Commentaire(s) (0)

Envoyez un commentaire
noms email message