Newsletter

Débat houleux sur les réformes mardi dernier au parlement : Des députés proposent un mandat de 7ans renouvelable une fois pour le président et 6 ans renouvelable 2 fois pour les députés

Débat houleux sur les réformes mardi dernier au parlement : Des députés proposent un mandat de 7ans renouvelable une fois pour le président et 6 ans renouvelable 2 fois pour les députés
Publié le : 10/05/2019 commentaire(s) (0)

La commission des lois du nouveau parlement est à pied d’œuvre pour accomplir les réformes prévues par l’Accord Politique Global et la feuille de route de la CEDEAO. Les points qui cristallisent les débats portent essentiellement sur la limitation du mandat présidentiel à deux et le mode du scrutin uninominal à deux tours.

Les nouveaux élus du parlement sont déterminés à opérer ces réformes et solder ainsi la feuille de route de la CEDEAO. Selon nos confrères du site togobreakingnews les députés du parti UNIR et le commissaire du gouvernement proposent pour le président de la république un mandat de 7 ans renouvelable une seule fois et pour les députés un mandat de 6 ans renouvelable 2 fois.

Ainsi si cette proposition venait à être adoptée, le futur président de la République, élu fera au plus 14 ans au pouvoir tandis que les députés en feront 18 s’ils sont réélus.

Pour les défenseurs de cette proposition il faut donner le temps au président élu de poser sa politique de développement du pays. Et s’il réussit son pari, le peuple peut encore une fois lui renouveler sa confiance pour parachever sa mission. Pour eux la stabilité en dépend également car « il faut donner le temps au président » pour mettre en place sa politique.

Du côté de l’opposition, pas question de soutenir cette démarche car pour elle, il ne faut pas en rajouter à la crise que traverse le pays. Le président du Mouvement Patriotique pour la Démocratie et le développement (MPDD), Agbéyomé Kodjo, a laissé entendre que cette proposition n’est pas la bienvenue dans le contexte politique actuel.

Pour l’UFC, le mandat actuel devait rester tel qu’il est c’est-à-dire cinq ans mais renouvelable une seule fois. Le NET de Gerry Taama trouve que 14 ans de pouvoir, c’est trop long car, le pouvoir use.

Cette situation qui a prévalu mardi dernier à l’hémicycle montre à suffisance que les députés élus lors du scrutin du 20 décembre sont capables de mener des débats contradictoires et sont totalement libres de leur parole. Ce qui est évident le septennat n’est pas un scandale. Si l’on fait une fixation sur le président actuel Faure Gnassingbé nous faussons le débat car la loi est impersonnelle et demain, il est possible qu’un leader de l’opposition se retrouve à la magistrature suprême et profite de ce mandat de 7 ans pour mettre en application son projet de société pour lequel il a été élu. Les pays qui ont expérimenté le septennat ne sont pas les plus malheureux de la terre.

La France, le Sénégal avaient le septennat dans leur constitution avant de le ramener au quinquennat. Si le Togo veut tenter l’expérience, ça ne doit pas susciter autant de débats comme si le Togo a décidé de quitter la planète terre. Pour l’heure rien n’est joué. Le débat se déroule au sein de la commission des lois avant d’atterrir à la plénière. Ce qui est évident, c’est la limitation de mandat qui sera effective conformément à la feuille de route de la CEDEAO. Que ça soit un mandat de 4 ans, 5 ans ou 7 ans, le mandat sera limité à 2 et nul ne peut faire au delà.

Quant au débat, nous sommes dans un état de droit où le peuple jouit pleinement de sa liberté de parole. Le reste c’est que les Togolais attendent impatiemment les réformes pour avancer.

Aliziou Domnique

Commentaire(s) (0)

Envoyez un commentaire
noms email message