Newsletter

Après le secondaire, le supérieur rouvre partiellement ses portes: Plus que jamais les mesures ripostes, toujours de règle

Après le secondaire, le supérieur rouvre partiellement ses portes: Plus que jamais les mesures ripostes, toujours de règle
Publié le : 16/07/2020 commentaire(s) (0)

Lentement mais sûrement, les activités gelées du fait de la pandémie au coronavirus, reprennent. Après la réouverture des établissements scolaires au profit des élèves en classes d’examen et celle des lieux de culte, c’est  au tour de l’enseignement supérieur de rentrer dans la danse.  Par un communiqué, relayé par la Télévision Togolaise le gouvernement a autorisé les établissements d’enseignement supérieur à rouvrir, à compter du mercredi 15 juillet 2020.

Depuis quelques semaines, le Togo apprend à vivre avec la Covid -19 qui, dans notre pays, poursuit sa propagation maîtrisée. Le 15 mai dernier, les élèves en classes d’examen ont repris le chemin des classes après une suspension de plus deux mois. Les inquiétudes suscitées par cette reprises sont aujourd’hui apaisées eu égard au sens de responsabilité élevé dont les acteurs de l’éducation impliqués dans la dynamique, ont fait preuve à tous les niveaux par rapport à l’observation par les élèves des mesures barrières.  Le 17 mai prochain, certains lieux de culte également frappés de fermeture rouvriront à titre expérimental. De source proche des autorités, l’ouverture prochaine de tous les lieux de culte, sur toute l’étendue du territoire national, sera fonction de la discipline qui prévaudra dans les mosquées, églises paroisses et couvent choisis en termes du respect des mesures barrières édictées par le gouvernement.
           

Poursuivant sur cette lancée, le gouvernement annonce à partir du 15 juillet, l’ouverture  des établissements du supérieur. Il est à préciser à ce niveau qu’après la fermeture des établissements le 20 mars 2020, les autorités universitaires ont institué la stratégie des cours en ligne dans le souci d’assurer la continuité des enseignements. La décision du gouvernement d’autoriser les établissements publics et privés d’enseignement supérieur à reprendre les activités pédagogiques et académiques en présentiel vient cependant « compléter les cours à distance effectués jusqu’à présent dans les universités et procéder aux évaluations semestrielles et examens de l’année universitaire 2019-2020 ».
           

Selon le gouvernement, l’initiative s’inscrit dans le sillage des mesures d’allègement adoptées, au vu de l’évolution de la situation de la pandémie du Coronavirus dans le pays : « Sur la base des rapports périodiques du conseil scientifique relatifs à l’évolution de la maladie dans notre pays, il a été procédé à l’allègement de certaines des mesures portant sur la restriction de mouvement des personnes. C’est dans ce contexte que les cours en présentiel ont été autorisés (…) », indique  le communiqué du gouvernement qui précise : « cette réouverture doit être partielle et tenir scrupuleusement compte de la distanciation physique.
           

Quelles que soient les raisons évoquées pour la reprise des cours dans l’enseignement supérieur, il faut craindre les risques de contamination qui paraissent assez élevés  dans ce degré de l’enseignement. Dans le public où il est dénombré un effectif pléthorique dans les amphis, ils  sont  60 mille étudiants au moins à être concernés par la mesure. Plus que jamais, les responsables de ce secteur d’enseignement doivent redoubler de vigilance pour éviter le pire aux étudiants et à  toute la communauté universitaire.
           

Déjà la décision du président de l’université de Lomé, le Prof. Kokoroko de se donner le temps de faire le ménage avant le démarrage est à saluer. Rien ne sert de courir…
 

D. Legrand

Commentaire(s) (0)

Envoyez un commentaire
noms email message