Newsletter

55e session ordinaire de la CEDEAO à Abuja : Faure Gnassingbé et ses pairs adoptent le nom « eco » pour la future monnaie unique régionale prévue pour 2020

55e session ordinaire de la CEDEAO à Abuja : Faure Gnassingbé et ses pairs adoptent le nom « eco » pour la future monnaie unique régionale prévue pour 2020
Publié le : 05/07/2019 commentaire(s) (0)

Ils étaient tous là, ou presque. Seuls les présidents sénégalais Macky Sall et capverdien Jorge Carlos de Almeida Fonseca, n’avaient pas fait le déplacement, le samedi 29 juin 2019, à Abuja, pour la 55e session ordinaire de la conférence des chefs d’État et de gouvernement de la Communauté Economique Des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Le chef de l’Etat togolais qui a pris part active aux travaux, a été accueilli à son arrivée par des officiels nigérians sous les ovations d’une forte communauté togolaise qui a également fait le déplacement de l’aéroport de la capitale politique nigériane pour lui témoigner sa gratitude pour sa politique de paix, de développement et d’intégration régionale. Cette rencontre régionale était portée essentiellement sur des sujets économiques, sécuritaires et sociopolitiques.

Si cette session a vu la passation du témoin entre le nigérian Muhammadu Buhari et le nigérien Mahamadou Issoufou pour la présidence de la CEDEAO pour l’année à venir, c’est surtout le projet d’union monétaire ouest-africaine qui a retenu l’attention. Et sur ce point, les chefs d’État ont entériné l’essentiel des conclusions de la réunion des ministres et gouverneurs des banques centrales des 17 et 18 juin à Abidjan Elle a «adopté le régime de change flexible assorti d’un cadre de politique monétaire axé sur le ciblage de l’inflation et le système fédéral pour la Banque centrale communautaire », ainsi que le terme «eco» pour le nom de la future monnaie. Elle a noté « la dégradation de la convergence macroéconomique», exhortant «les Etats membres à redoubler d’efforts pour améliorer leurs performances, compte tenu de la proximité de l’échéance fixée pour la création de la monnaie unique ». 

Les chefs d’Etat ont « réaffirmé l’approche graduée pour la création de la monnaie unique en privilégiant le démarrage avec les Etats membres qui respectent les critères de convergence». Toujours selon le texte, le symbole de la monnaie unique sera présenté aux chefs d’Etat et de gouvernement, au cours de la prochaine session de la CEDEAO prévue au Niger. Les pays ont jusqu’au 29 octobre pour transmettre à la Commission de la CEDEAO leurs programmes pluriannuels de convergence pour la période 2020-2024. La monnaie unique de la CEDEAO, faut-il rappeler, remplacera le franc CFA et sept autres devises nationales. Pour rappel, l’idée de cette monnaie unique a émergé au début des années 2000.

Les 15 pays d’Afrique de l’ouest se sont alors accordés sur un projet prévoyant la création en deux phases d’une monnaie unique. Dans la première phase, les pays qui disposent de leurs propres monnaies (Gambie, Ghana, Guinée, Nigeria et Sierra Leone) devaient lancer une monnaie unique appelée « l’eco », puis dans une deuxième phase les 8 pays membres de l’UEMOA qui ont en commun le franc CFA (Franc de la Communauté financière en Afrique) devraient se greffer, de sorte à ce qu’en 2020, tous les pays membres de la CEDEAO utilisent une même et seule monnaie.

Ce projet a tardé, cependant, à prendre forme, alors que le continent est en plein débat sur l’avenir du franc CFA. Rappelons que l’utilisation de franc CFA continue de susciter des débats et des soulèvements dans beaucoup de pays de la CEDEAO à l’instar du Togo. Mieux vaut tard que jamais, quelque soit la longueur de la nuit, le jour vient.

Vivement que  ce projet de création de la monnaie unique décidée par les chefs d’Etat puisse prendre corps dans les délais prévus par la conférence.
 

Daniel A.

Commentaire(s) (0)

Envoyez un commentaire
noms email message