Newsletter

3ème conférence de la Fédération panafricaine des experts-comptables d’Afrique : Lomé à l’honneur

3ème conférence de la Fédération panafricaine des experts-comptables d’Afrique : Lomé à l’honneur
Publié le : 11/02/2022 commentaire(s) (0)

« Réforme de la gestion des finances publiques en Afrique, l’agenda des pays francophones », c’est le thème de la troisième édition de la conférence de la Fédération panafricaine des experts-comptables d’Afrique (PAFA) tenue du 08 au 09 février 2022 à l’hôtel 2 Février à Lomé. Cette rencontre a réuni des comptables publics, des représentants des cours des comptes des pays francophones et ceux des organisations professionnelles comptables, ainsi que les membres des comités ou commissions chargés des finances publiques, les partenaires au développement et d’éminents décideurs politiques venus de 28 pays francophones d’Afrique et de France.            

L’objectif consiste à « analyser et examiner les réformes clés de la gestion des finances publiques » dans ces Etats et à « entrevoir les implications à long terme des réponses des gouvernements à la COVID-19 ».
           
Coorganisée avec l’Ordre National des Experts-comptables Agréés au Togo (ONECCA-Togo), cette conférence bénéficie du soutien de la Fédération internationale des experts-comptables (IFAC) et de l’Union Africaine (UA) et autres partenaires (Fonds mondial, Banque Mondiale, GIZ, BAD…).
           

« Il s’agira de faire un bilan des deux premières éditions, tirer les conclusions pour voir quels sont les obstacles qui ont empêché l’atteinte des objectifs assignés depuis lors, y réfléchir et voir quelles peuvent être les perspectives d’avenir pour notre continent, en termes de gestion des ressources financières publiques », a précisé le président de l’Ordre, M. Yawo Djidotor.
           

« Nous somme à Lomé pour parler essentiellement des réformes sur la gestion des finances publiques entreprises dans l’espace francophone africain et apporter notre contribution à l’examen et à une réflexion et des propositions pour pouvoir soutenir ces réformes. Le but étant d’offrir des possibilités d’accélération et surtout contribuer à l’amélioration de la qualité de la gouvernance dans le secteur public, tant au niveau de l’Afrique francophone que du reste du continent », a expliqué le président de la PAFA, M. Cosme Goundété.
           

Selon lui, depuis 2009 que l’espace communautaire UEMOA mène des réformes dans ce secteur, il ressort que celles-ci piétinent. Ce qui signifie qu’il y a eu des facteurs de contingence et peut-être des difficultés de mise en œuvre.
           

Ce dernier a cité l’expérience du Bénin en la matière, qui porte déjà de bons fruits, avec « l’implication des auditeurs indépendants dans l’accompagnement de la gouvernance publique ».
           

Représentant le ministre de l’Economie et des Finances, M. Kossi Tofio, le directeur de cabinet, s’est félicité du choix du Togo pour la tenue des travaux de cette rencontre, qui est la reconnaissance des organisations régionales et internationales des réformes engagées par le gouvernement depuis plus d’une décennie, sous le leadership éclairé du chef de l’Etat Faure Essozimna Gnassingbé. Ces réformes bien menées ont hissé le pays au rang de 1er réformateur en Afrique et 3e dans le monde. « Le gouvernement togolais apprécie à sa juste valeur la présente initiative qui, j’espère, pourrait jeter les bases des réformes à envisager pour aboutir à des solutions idoines aux difficultés réelles imposées par la COVID-19 », a-t-il souligné.
 

Carole AGHEY

Commentaire(s) (0)

Envoyez un commentaire
noms email message