Newsletter

32è sommet de l'UA à Addis Abéba : Le Rwandais Paul Kagamé passe le témoin à l'Egyptien Abdel Fattah al-Sissi Le Togo a présenté le rapport d'état du MUTAA

32è sommet de l'UA à Addis Abéba : Le Rwandais Paul Kagamé passe le témoin à l'Egyptien Abdel Fattah al-Sissi Le Togo a présenté le rapport d'état du MUTAA
Publié le : 14/02/2019 commentaire(s) (0)

Le 32ème sommet de l'Union Africaine s'est tenu du 10 et 11 février dernier à Addis-Abeba, en terre éthiopienne. L'institution fait peau neuve à sa tête pour les douze prochains mois avec un nouveau président en exercice, l'Egyptien Abdel Fattah al-Sissi, qui succède ainsi au Rwandais Paul Kagamé. Le Togo qui a pris une part active à ces travaux, avec la présentation du rapport d'état du MUTAA, a été représenté par son chef de la diplomatie, le Professeur Robert Dussey.

La majorité des Chefs d'Etat et de gouvernement des 55 pays membres de l'UA s'est réunie les 10 et 11 février derniers à Addis Abeba, à la faveur du 32è sommet de l'Union Africaine (UA) qui a eu pour thème " les réfugiés, les rapatriés et les personnes déplacées en Afrique ", rappelant ainsi les 10 ans de la signature de la Convention de Kampala, qui a posé les bases juridiques de la gestion des réfugiés en Afrique.

C'est l'Egyptien Abdel Fattah al-Sissi qui est le nouveau président en exercice de l'UA pour les douze prochains mois. Telle est l'une des grandes décisions de ce 32è sommet. L'Egyptien qui a officiellement pris la présidence tournante de l'institution africaine, a dévoilé les trois axes de sa présidence, à savoir : le développement des infrastructures, l'accélération de l'entrée en vigueur de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC), et la création des emplois surtout pour les jeunes du continent.

Outre cette décision, les discussions de ce 32è sommet ont porté sur plusieurs sujets d'actualité du continent, avec au premier rang, l'état de la mise en œuvre du Marché unique du transport aérien en Afrique (MUTAA) dont le dossier avait été confié en 2018 au chef de l'Etat togolais, Faure Gnassingbé. Les dirigeants ont aussi échangé sur les conflits qui minent actuellement l'Afrique et les voies de leur résolution.

Dans son rapport présenté aux chefs d'Etat et de gouvernement des pays membres, le président de la Commission de l'Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamet, reconnait que " de nombreux problèmes persistent " malgré les efforts consentis par les gouvernements. Il relève que la voix de l'Afrique sur la scène internationale n'est pas encore suffisamment prise en compte, même si le continent représente plus du quart des membres de l'ONU, et appelle donc ses pairs à réagir afin de libérer le contient de ses différentes pesanteurs qui plombent son développement.

Selon la note conceptuelle issue des réunions préparatoires, il est recommandé de prendre des dispositions afin de soulager la détresse des réfugiés et d'aider les Etats à mieux prendre en charge leurs besoins. Selon la feuille de route élaborée à cet effet à l'endroit des gouvernements, bien que le phénomène se soit aggravé dans le monde d'après les chiffres de l'Agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR), les Etats africains devraient réfléchir profondément afin d'atténuer ce phénomène, puisque l'Afrique à elle seule cumule 26% des 25 millions de réfugiés que compte la planète.  

Le Togo actif au 32è sommet de l'UA
Le Togo a pris une part active à ce 32è sommet de l'institution continentale. En effet, il est revenu au pays de Faure Gnassingbé de présenter, au second jour des travaux, le rapport d'état du MUTAA, cet ambitieux projet sous-régional confié en 2018 au président togolais.

Cet exercice a été une occasion pour l'émissaire du président togolais de rappeler les progrès enregistrés depuis sa désignation, il y a un an, par ses pairs, pour superviser l'exécution de ce projet porteur pour le continent africain.  

Depuis qu'il a été fait ''champion de l'aérien en Afrique'', " le Président de la République s'est employé à placer l'agenda de Yamoussoukro relatif à la résolution des problèmes du secteur aérien en Afrique, au cœur de ses activités, en vue de permettre au continent de faire face à la concurrence déloyale des principales compagnies aériennes mondiales ", a expliqué le chef de la diplomatie togolaise avant d'ajouter : " La part des compagnies africaines ne représente que 3% environ du marché mondial. L'objectif est donc de permettre aux compagnies africaines d'avoir une place prépondérante sur le marché africain, de réduire les coûts et les obstacles réglementaires à l'interconnexion des villes ".

Selon le ministre togolais des Affaires étrangères, en dépit des obstacles rencontrés, les actions menées par le Chef de l'Etat togolais, en collaboration avec diverses parties prenantes, " ont porté essentiellement sur le plaidoyer pour que tous les Etats membres rejoignent le marché ou encore l'harmonisation des accords sur les services aériens entre les Etats ". Et à ce jour, un travail de titan a été abattu puisque 28 des 55 Etats membres de l'UA ont signé " l'engagement solennel d'adhérer au MUTAA ", un pari presque gagné.

JPB

Commentaire(s) (0)

Envoyez un commentaire
noms email message